Un site utilisant unblog.fr

« Abolir la prison » dans la revue « Projet »
2 octobre, 2019, 23 h 20 min
Classé dans : Non classé

Revue Projet numéro 372Abolir la prison

 

Chers amis, chers collègues,

Voici un article, un regard sur mon livre Abolir la prison, paru dans la revue Projet (numéro 372, septembre-octobre 2019), et livré par Lucile Leclair dans son compte-rendu de lecture.

Lien : https://www.revue-projet.com/comptes-rendus/2019-09-leclair-abolir-la-prison/10350 .

Pdf : fichier pdf Abolir la prison dans la revue Projet (numéro 372)

Merci à l’auteur et à l’équipe éditoriale pour cette initiative !

Bien cordialement.



Au sujet du livre « Libre et condamné »
29 septembre, 2019, 17 h 01 min
Classé dans : Non classé

Couv. Libre et condamné de Tony Ferri

 

Chers amis, chers collègues,

 
Au regard de vos nombreuses observations et réactions bienveillantes (vous noterez que je les prends toujours en considération et que j’essaie, dans la mesure du possible, de vous répondre avec réactivité), je viens vous confirmer, après plusieurs reports de la date de publication liés à la programmation éditoriale, l’imminence maintenant de la parution de mon livre Libre et condamné. La détention en milieu ouvert en question.

Comme vous le savez, il fait suite notamment, chez Libre et Solidaire, à mon ouvrage de 2016 Pouvoir et politique pénale sur l’hypersurveillance, la pantopie pénale, les couples conceptuels (comme dedans-dehors / structure-état / résidence-écoumène / espace géométrique-espace combinatoire ou ondulatoire), l’architecture punitive, l’excroissance du contrôle… et à celui de 2018 sur l’abolition de la prison et mes propositions substitutives au régime carcéral.

J’ajoute que Libre et condamné fait partie intégrante de ce triptyque, et que ces trois livres susmentionnés se renvoient les uns aux autres, comme des épisodes intrinsèquement liés, aux fins d’exposition et de compréhension des mécanismes propres aux pénalités d’aujourd’hui.

Pour votre convenance éventuelle, je place ci-dessus l’aplat de la couverture du livre à paraître. Vous noterez également que l’ouvrage est enrichi d’une préface établie par Christian Daniel – fin connaisseur, en raison de sa réelle et longue expérience expertale, des questions touchant les services pénitentiaires d’insertion et de probation (SPIP).

 

Au plaisir de continuer à échanger avec vous.
Très respectueusement et chaleureusement,
Tony Ferri.

https://libre-solidaire.fr/Pouvoir-et-politique-penale

https://libre-solidaire.fr/Abolir-la-prison



Un colloque sur « Récidive et pardon »
28 septembre, 2019, 13 h 43 min
Classé dans : Non classé

ECCEPhoto Tony Ferri (30)

Chers amis, chers collègues,

Permettez-moi de venir partager avec vous mon impatience quant à l’annonce et à la perspective de la tenue d’un colloque international des plus revigorants (les 06, 07 et 8 novembre 2019), à l’Université catholique de Lille, organisé par l’École de criminologie critique européenne (ECCE) et intitulé « Récidive et pardon », et ce compte tenu tout particulièrement de la thématique proposée extrêmement originale, fine et profonde. Inutile de préciser que cela constitue pour moi un vif honneur que d’y participer.

Pour obtenir plus de détails sur les dates et horaires de cet événement grandeur nature, sur son programme, ses intervenants et les informations pratiques afférentes, vous avez la liberté de consulter le lien suivant : https://www.fld-lille.fr/evenements/colloque-international-de-la-recidive-et-du-pardon/

A toutes fins utiles, je mets également à votre disposition ici le pdf informatif qui est associé à cet événement :

fichier pdf Programme colloque 6, 7 et 8 novembre 2019 ECCE

Demeurant bien heureux de vous revoir ou de vous rencontrer.

Bien respectueusement et chaleureusement.



« De la domination »
22 septembre, 2019, 22 h 54 min
Classé dans : Non classé

Tony Ferri (33)De la domination... (couverture)

Chers amis, chers collègues,

Permettez-moi de vous confier que j’ai relu ce week-end, d’un trait, Si c’est un homme, de Primo Levi. De ma lecture il résulte que j’approuve la remarque de ceux qui ont eu la bienveillance d’attirer mon attention sur l’existence de stimulantes correspondances, malgré des tonalités et des finalités évidemment différentes, entre ce livre-témoignage et celui que j’ai eu le bonheur de co-écrire avec mon ami, le biologiste Thierry Lodé, De la domination. Essai sur les falsifications du pouvoir (Libre et Solidaire, 2017 : https://libre-solidaire.fr/De-la-domination).

Parmi les sentences bien connues de l’auteur, il y en a une on ne peut plus saisissante et profonde, tant elle met l’accent sur le rapport très particulier qui s’établit entre pouvoir et obéissance. On ne soupçonne peut-être pas toujours à quel point le pouvoir s’institue et se fortifie sur les formes, non pas exceptionnelles ou anormales, mais banales et habituelles de la servitude, comme le conformisme, le carriérisme, le mimétisme… Relisons ensemble ces lignes terribles de Primo Levi qui ne sauraient épuiser la réflexion sur la question de la dangerosité face au mode d’institutionnalisation et de pérennisation du pouvoir : « Les monstres existent, mais ils sont trop peu nombreux pour être vraiment dangereux, souligne-t-il ; ceux qui sont plus dangereux, ce sont les hommes ordinaires, les fonctionnaires prêts à croire et à obéir sans discuter ».

Très cordialement.

 



« Tony Ferri et la réforme pénale sur France Culture »
31 août, 2019, 13 h 16 min
Classé dans : Non classé

Tony Ferri (32)-

 

Couv. Emprisonner et surveillerAbolir la prison

Chers amis, chers collègues,

Au regard de la continuité du surpeuplement carcéral aujourd’hui, et compte tenu de l’inertie habituelle en matière pénale reposant sur l’illusion constante du changement dans les discours de nature politique ou universitaire, permettez-moi de partager les lignes suivantes avec vous, extraites de mon livre Abolir la prison. L’indispensable réforme pénale, Editions Libre et Solidaire, 2018, en lequel se découvre le projet concret de repenser de fond en comble le système pénal et la description réfléchie d’une manière inédite, d’un nouveau contenu quant au principe de l’exécution des peines à mettre en œuvre :

« Dans Abolir la prison, le lecteur est en présence des motifs par lesquels il y a lieu d’appeler à mettre en œuvre une réforme, à la fois ambitieuse, efficace et réaliste, visant une véritable rupture avec le principe de l’enfermement comme référence pénale principale et massive, aussi bien en milieu fermé qu’en milieu ouvert. Cela signifie qu’il est temps de prendre la mesure de l’humiliante inutilité de se réclamer du geste de l’incarcération pour régler les infractions à la règle de droit, traiter les condamnés, feindre l’efficacité pénale ; qu’il y a lieu d’admettre le caractère on ne peut plus désastreux non pas seulement du coût humain d’un tel geste, mais des frais incessants qu’il entraîne économiquement et qu’engloutit l’institution carcérale pour sa construction, sa rénovation, son maintien, dans une escalade ininterrompue des dépenses publiques. Rompre avec le principe de l’enfermement, cela veut dire inventer un mécanisme juridique qui empêche efficacement le recours à l’emprisonnement, ce qui suppose de concevoir un nouveau champ de sanctions et des modalités inédites d’accompagnement en milieu ouvert pour la plupart des condamnés. C’est la philosophie pénale qu’il importe de repenser. Car on le sait par la pratique, l’observation et les chiffres, le principe d’un usage dit ‘en dernier recours de la prison’, comme l’a appelé de ses vœux le chef de l’État, conduit bien souvent, en sens inverse, à une pratique privilégiant le recours quasi automatique à celle-ci. Lorsque, en effet, Emmanuel Macron a annoncé son intention de ‘proscrire les peines de prison inférieures à un mois’, il a oublié de prendre en considération le fait qu’il suffira aux tribunaux d’augmenter le quantum de peine, de le faire passer, par exemple, à deux mois, au nom de la sévérité prétendument justifiée en matière pénale, pour contourner cette timide proscription. Rappelons que, à infractions égales et en comparant le degré de gravité des faits commis, les juges prononcent aujourd’hui beaucoup plus de peines mixtes qu’hier, c’est-à-dire des peines mêlant une partie sursitaire assortie d’une mise à l’épreuve d’un côté, et une partie ferme de l’autre, là où jadis le prononcé d’un SME total suffisait. Autrement dit, bien que cet appel soit louable, il ne pourra pas être suivi d’effet, parce qu’il ne s’attaque pas à l’un des problèmes de fond relatif au mouvement de la compulsion de punir et au processus de durcissement des peines, qui plombent l’institution punitive depuis au moins quarante années » (p. 139-140).

En 2016, sous une autre mandature, l’occasion m’avait été donnée d’inviter déjà à ne pas trop s’illusionner sur la promesse d’un changement de cap vis-à-vis du taux inflationniste des incarcérations, pour des raisons analysées, et ce malgré la précédente réforme annoncée. Sur ce point, après la publication de mon livre Emprisonner et surveiller. Vers la normalisation du placement sous surveillance électronique ?, Bréal, 2016, vous pouvez réécouter cet extrait radiophonique, enregistré sur le plateau de l’émission « Du Grain à moudre » diffusée en direct sur France Culture le 16/08/2016 : https://www.youtube.com/watch?v=zTAl3krSKFo

En vous souhaitant un excellent week-end.

Bien sincèrement.

 

 



Info sur « Libre et condamné »
25 août, 2019, 16 h 44 min
Classé dans : Non classé

Couv. Libre et condamné (Tony Ferri) Tony Ferri 31

 

Chers amis, chers collègues,

Faisant suite à vos sollicitations et réactions bienveillantes, il m’est agréable de vous annoncer, après quelque report de date de publication, l’imminence à présent de la parution de mon livre Libre et condamné. La détention en milieu ouvert en question, chez Libre et Solidaire, en septembre 2019.

Si vous me permettez de partager avec vous cette plaisante boutade, je dirais volontiers que les bons ouvrages savent se faire attendre…

Avec mes meilleurs sentiments chaleureux, et en vous souhaitant une belle fin d’été.

Éditions Libre et Solidaire (rubrique à paraître) : https://libre-solidaire.fr/A-paraitre.

 



« Revue de la prestidigitation », numéro 632 / juillet-août 2019
11 juillet, 2019, 23 h 33 min
Classé dans : Non classé

Chers amis, chers collègues,

En cette période estivale, il m’est agréable de venir vous annoncer la parution du nouveau numéro de la Revue de la prestidigitation (numéro 632, juillet-août 2019), auquel j’ai apporté ma contribution dans la rubrique « Magie et philosophie » par l’établissement d’un article portant sur la question des rapports entre la magie et la religion, à l’occasion de la publication du livre de Gérard Majax Les miracles de la Bible vus par un illusionniste (Éditions First, 2018).

Pour partage, vous trouverez, ci-dessous, à votre disposition, la première de couverture et le sommaire de ce numéro, aux formats JPG et PDF.

Très bonne fin de semaine.

Bien cordialement.

Revue de la prestidigitation, no 632, juillet-août 2019Revue de la prestidigitation, no 632, juillet-août 2019 (le sommaire)Revue de la prestidigitation, no 632, juillet-août 2019 (le sommaire suite)

fichier pdf Revue de la prestidigitation, no 632, juillet-août 2019fichier pdf Revue de la prestidigitation, no 632, juillet-août 2019 (le sommaire)fichier pdf Revue de la prestidigitation, no 632, juillet-août 2019 (le sommaire suite)



« Abolir la prison » sur les ondes de radio C-Lab
26 juin, 2019, 22 h 52 min
Classé dans : Non classé

Abolir la prisonTony Ferri et Sylviane Orhan

Chers amis, chers collègues,

C’est avec plaisir que je viens partager avec vous ici un entretien que l’occasion m’a été fournie de donner dernièrement à l’équipe de la radio C-Lab, consécutivement à la publication de mon livre Abolir la prison. L’indispensable réforme pénale, Éditions Libre et Solidaire, 2018. Cet entretien fait suite à la série de reportages que la radio a consacrée à la question dite des « familles sous écrou », et, par conséquent, à l’impact d’une incarcération sur les proches des personnes détenues. Voici le lien vers l’enregistrement radiophonique :

https://www.c-lab.fr/article/social/familles-sous-ecrou-bonus.html

 Très positivement et chaleureusement.



Revue « Lien social », no 1253
15 juin, 2019, 13 h 07 min
Classé dans : Non classé

Lien social, no 1253, 11 juin 2019Tony Ferri (31)

Chers amis, chers collègues,

Par ce post, permettez-moi de venir partager avec vous l’annonce de la parution du nouveau numéro de la revue  Lien social (numéro 1253, du 11 juin 2019), auquel j’ai eu le vif plaisir de participer par la publication de l’article « Le contrôle social : un facteur d’enfermement ? » (cf., la rubrique « Matière à pensées »).

Pour obtenir éventuellement plus de détails sur ce numéro ou vous le procurer, vous avez la possibilité de consulter ce lien à partir duquel il vous sera facile d’accéder à son sommaire, en le déroulant :

https://www.lien-social.com/-1253-

Je profite de nos échanges de ce jour pour vous souhaiter un bien agréable week-end et adresser une joyeuse fête des pères aux papas chanceux.

Très cordialement,

Tony Ferri.

Philosophe, docteur en philosophie, chercheur au Gerphau, conseiller pénitentiaire d’insertion et de probation, auteur.

 



[Extraits] « De la domination »
10 juin, 2019, 15 h 58 min
Classé dans : Non classé

Tony Ferri (29)De la domination... (couverture)

Chers amis, chers collègues,

C’est avec plaisir que je viens partager avec vous ici deux extraits du livre De la domination, écrit avec le biologiste et mon ami Thierry Lodé, et publié chez Libre et Solidaire, en 2017.

Ces passages sont extraits du chapitre 5 portant sur la question de l’autorité, où il est examiné, d’une part, le fait que l’exercice de cette autorité ne soit pas forcément hiérarchique en la nature (contrairement à ce que l’on peut croire spontanément ou naïvement), et, d’autre part, le fait que les animaux s’organisent socialement sur un schéma beaucoup plus souvent matriarcal que patriarcal (là encore, par opposition à bien des idées reçues).

Bien chaleureusement.

 

« Ainsi, chez les animaux, les mécanismes de prise de décision révèlent que l’autorité naturelle ne semble reposer ni sur une puissance ni sur une contrainte, ni même sur une forme manipulatrice de persuasion. Elle apparaît juste issue de la volonté générale du groupe, plus ou moins médiatisée par une matriarche dépositaire de l’expérience acquise de la troupe. Dès lors, la démarche qui entend faire de l’autorité un pouvoir exercé naturellement à travers un rôle social est clairement une imposture. Peu importe qu’elle prétende dériver d’un talent naturel, de l’argent, de la légalité politique ou de normes établies, la domination n’a de puissance que dans la double illusion de celui qui use de son ascendant momentané et de celui qui la sacralise. Comme le remarquait si pertinemment La Boétie il y a quelques siècles, si l’habitude la fonde, tous peuvent bien idolâtrer leur tyran et croire en sa réalité naturelle. La modernité du texte de La Boétie tient à ce qu’il décrit combien la figure la plus commune de la domination reposait sur l’illusion d’une autorité naturelle ». (Cf., De la domination. Essai sur les falsifications du pouvoir, Paris, Éditions Libre et Solidaire, 2017, p. 79-80).

« Dans le cas des éléphants, le troupeau, qui se réunit autour d’éléphanteaux et de jeunes adultes, est généralement emmené par les femelles. Là encore, ce n’est pas forcément la même femelle ou ‘matriarche’, à savoir la femelle la plus âgée et la plus expérimentée, qui conserve le rôle de guide de la harde. Tout semble concourir à montrer, au contraire, qu’on a affaire, au sein du groupe, à un partage des tâches, même si certaines femelles apparaissent mieux indiquées que d’autres pour assurer les tâches les plus sérieuses, comme celle relative à la satisfaction du besoin de se nourrir. Il se peut que plusieurs meneuses se manifestent et que le troupeau décide de suivre l’une d’entre elles plutôt qu’une autre. De toute manière, c’est seulement par un partage régulier des connaissances que les éléphants peuvent voir émerger une nouvelle meneuse à la mort de l’ancienne matriarche ». (Cf., De la domination. Essai sur les falsifications du pouvoir, op. cit., p. 76-77).

Site des Éditions Libre et Solidaire : https://libre-solidaire.fr/De-la-domination

 


12345...19

MELODINE |
François, pour toi, c'... |
Celal Karaman Güncel Blog,c... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Euristote
| Blackdiamond1999
| EmGlob