Un site utilisant unblog.fr

« Pratiquer l’insertion et la probation en milieu ouvert »
16 août, 2018, 22 h 27 min
Classé dans : Non classé

Chers amis, chers collègues,

Pour information, j’ai plaisir à partager avec vous le fait que René Biella se joigne à moi pour vous communiquer ici, à l’aide de la pièce jointe, le pdf d’un article intitulé « Pratiquer l’insertion et la probation en milieu ouvert : pratiquer n’est pas spéculer », et publié dans la Revue européenne de psychologie et de droit [en ligne : http://www.psyetdroit.eu/pratiquer-linsertion-et-la-probation-en-milieu-ouvert/ ] :

 fichier pdf Pratiquer l’insertion et la probation en milieu ouvert (René Biella et Tony Ferri)

Consécutivement à un travail préparatoire à un livre à paraître portant sur les conditions et les modalités de l’exercice du métier de conseiller pénitentiaire d’insertion et de probation en milieu ouvert (métier si peu connu concrètement), cet article présente l’intérêt, d’une part, de donner à voir d’abord ce que ce métier n’est pas (conformément au geste socratique visant à défaire positivement les fausses opinions initiales, les séductions et les fantasmes de toutes sortes), d’autre part, de démontrer, par l’exemple et l’absurdité, l’état catastrophique de la recherche aujourd’hui dans le domaine de la justice post-sentencielle (s’agissant tout particulièrement de la sphère des sciences sociales appliquées, en France, au champ pénal et pénitentiaire, ainsi qu’à la criminologie), et, enfin, de permettre la réappropriation de l’analyse de terrain par les praticiens eux-mêmes ou les criminologues du réel. A l’opposé, les sciences du soin et, le cas échéant, du droit et de la statistique, nous ont souvent semblé plus philosophiquement subtiles pour participer à la fondation d’une « criminologie pratique », qui reste aujourd’hui à bâtir ou à développer dans son envergure, au sein de l’Hexagone.

C’est pourquoi, dans le cadre d’un débat relatif aux conceptions et aux pratiques du métier de CPIP, et face à la posture fadement malheureuse et accusatrice d’une certaine recherche universitaire à l’encontre des services pénitentiaires d’insertion et de probation du milieu ouvert, il nous a paru utile, et même urgent, de mettre en œuvre ici, en guise d’introduction à la caractérisation du métier de CPIP, une action de rébellion argumentée ou une argumentation rebelle, en faisant écho un tant soit peu au mouvement de la libre pensée, telle qu’elle s’est exercée avec énergie au XVIIIe siècle (période faste des Lumières), pour tenter de destituer les formes de dogmatisme ou de leur résister.

Si vous avez le désir, la patience, un intérêt quelconque de lire l’article dans son intégralité et que vous souhaitez partager avec nous vos questions, remarques ou objections éventuelles, nous vous lirons avec attention et vous répondrons avec plaisir.

Comme il est précisé dans le texte, nous dédicaçons avec force notre article à Claude B., collègue directeur pénitentiaire d’insertion et de probation prématurément disparu, et à l’ensemble des CPIP.

En vous souhaitant de passer une bonne et douce fin de mois d’août.

Bien cordialement,

René Biella et Tony Ferri.

 

Tony Ferri (22)Pouvoir et politique pénale de Tony Ferri

 

Éditions Libre et Solidaire : https://libre-solidaire.fr/Nos-auteurs/Tony-FERRI 

 



Avis de parution « La philosophie de Sartre »
6 août, 2018, 22 h 53 min
Classé dans : Non classé

Chers amis, chers collègues,

Voici un avis de parution de mon livre, La philosophie de Sartre. De la finitude à la liberté, Riga/Berlin, Éditions universitaires européennes, 2018.

Comme c’est par Sartre que je suis venu à la philosophie, c’est une manière pour moi de lui rendre un hommage en publiant cet opus.

La quatrième de couverture : « Ce livre se propose de circonscrire la signification précise, chez Sartre, du concept d’être-au-monde, consécutivement à son instauration sous l’impulsion de la phénoménologie, et de montrer quel est le statut spécifique de ce concept par contraste avec celui établi par son initiateur, à savoir Heidegger. Ce faisant, il s’inspire largement des travaux que Tony Ferri avait déjà initiés sur la pensée sartrienne, il y a plus de vingt ans, cependant qu’il étudiait la philosophie à la Sorbonne Paris IV.

L’enjeu de la démarche entreprise ici est double. Elle réside à la fois dans la mise en lumière de l’originalité de l’approche de Sartre à l’égard de ce que nous pouvons nommer la question du monde, et, corrélativement, dans la compréhension des racines et des ressorts de la liberté humaine, telle que la figure de proue de l’existentialisme en a réfléchi les caractéristiques majeures.

A l’heure du retour des naturalismes (racisme, eugénisme, néodarwinisme…), du fatalisme, de l’intolérance, l’intérêt de ce livre repose sur le réinvestissement philosophique d’une des plus grandes philosophies de la liberté que notre époque contemporaine ait produite.

Tony Ferri est philosophe, docteur en philosophie, chercheur au Gerphau, et conseiller pénitentiaire d’insertion et de probation. Penseur de l’actuel, concepteur de la notion d’hypersurveillance, il est l’auteur de divers ouvrages et articles portant sur le registre de l’application des peines et le champ des pénalités contemporaines ».

En ligne (EUE) :

https://www.editions-ue.com/catalog/details//store/fr/book/978-3-330-87368-1/la-philosophie-de-sartre

Bien amicalement.

La philosophie de Sartre par Tony Ferri (couverture)-page-001



Pourquoi et comment abolir la prison ?
28 juillet, 2018, 13 h 46 min
Classé dans : Non classé

Couverture Abolir la prison

Chers amis, chers collègues,

Compte tenu du nouveau record français d’incarcération au 1er juillet 2018, seule une politique « réellement » et « courageusement » désireuse de sortir de la logique carcérale,  seule une pensée sincère de refondation ancrée dans la connaissance des réalités du système pénal d’aujourd’hui sont légitimement à même de nous aider à sortir de ce que Jean-Marie Delarue nommait les « usines de la captivité ».

L’occasion et l’honneur m’ont été donnés, dans Abolir la prison. L’indispensable réforme pénale (Éditions Libre et Solidaire, 2018), de faire des propositions de changement (en répondant aux questions concrètes de savoir pourquoi et comment), et de dessiner, par le menu, les contours des grandes orientations d’une nouvelle philosophie pénale, plus juste, plus utile ou efficace et tellement moins coûteuse (en termes humains et économiques).

 https://www.20minutes.fr/societe/2313927-20180726-nouveau-record-prisons-francaises-70710-personnes-incarcerees-1er-juillet

https://libre-solidaire.fr/epages/e02491b5-ce3a-4c00-b187-dc9ff39194fc.sf/fr_FR/?ObjectPath=/Shops/e02491b5-ce3a-4c00-b187-dc9ff39194fc/Products/49

Bien cordialement.



Vient de paraître le nouveau numéro de la « Revue de la prestidigitation » !
5 juillet, 2018, 22 h 39 min
Classé dans : Non classé

Chers amis, chers collègues,

La nouvelle livraison de la Revue de la prestidigitation, numéro 626 (juillet/août 2018) – organe historique et officiel des artistes prestidigitateurs – vient d’arriver !

Afin de découvrir, le cas échéant, les premières informations sur ce numéro, je mets ici à votre disposition sa première de couverture et son sommaire, aux formats JPG et PDF :

1ère de couverture du numéro 626 de la Revue de la prestidigitation (juillet-août 2018)-page-001Sommaire du no 626 de la Revue de   la prestidigitation (juillet-août 2018)-page-001Sommaire du no 626 de la Revue de   la prestidigitation (juillet-août 2018)-page-002

fichier pdf 1ère de couverture du numéro 626 de la Revue de la prestidigitation (juillet-août 2018)

fichier pdf Sommaire du no 626 de la Revue de la prestidigitation (juillet-août 2018)

Vous y trouverez des interviews, des articles, des descriptions de techniques, des présentations de spectacles, et une myriade de choses étonnantes.

Pour ma part, le plaisir m’a été donné de rédiger un texte, dans la rubrique dédiée à la magie et à la philosophie, sur le spectacle d’un artiste, ayant pour titre « Voyager au cœur de nos rêves »…

En vous souhaitant un bel été !

Bien magiquement et amicalement.



Entretien sur l’antique notion de « pneuma »
29 juin, 2018, 23 h 22 min
Classé dans : Non classé

Tony Ferri (21)De la domination... (couverture)

Chers amis, chers collègues,

Pour partage, vous trouverez à votre disposition, dans ce post, l’extrait d’un entretien, qui s’articule autour du livre De la domination (Paris, Éditions Libre et Solidaire, 2017) que j’ai eu le plaisir de co-écrire avec le biologiste Thierry Lodé, et qui a été diffusé dans l’émission « Science en liberté », sur les ondes de Radio Libertaire, en avril 2017. D’une durée approximative de 10 minutes, cette séquence vise à préciser la signification de la notion de « pneuma », telle qu’elle nous a été transmise par la pensée grecque sur la vie. Il s’agit ici d’apercevoir comment cette notion, qui n’est pas abordée dans le livre susmentionné, prête à une classification et à une hiérarchisation entre les êtres vivants, et, partant, à une conception de la domination. Lien :

https://www.youtube.com/watch?v=nzET1uiHKes

Bien cordialement.



Interview autour du livre « Pouvoir et politique pénale »
16 juin, 2018, 13 h 17 min
Classé dans : Non classé

pouvoir_politique_et_penale_mlTony Ferri à Ras les murs en mars 2017

Chers amis, chers collègues,

Voici un extrait audio, qui vient d’être mis en ligne par Vincent (durée 5 minutes environ), d’un entretien autour de mon livre Pouvoir et politique pénale (Libre et Solidaire, 2016), réalisé dans l’émission « Ras les murs » sur Radio Libertaire, en mars 2017, à propos de la notion d’écoumène, des différents types d’habitat, des mécanismes de contrôle, de l’hypersurveillance, de la pantopie, et en hommage notamment à Gaston Bachelard :

 https://www.youtube.com/watch?v=d8i9Gmah2IQ

En vous souhaitant de passer un savoureux week-end.

Bien chaleureusement,

Tony Ferri.



Conférence philosophique et citoyenne sur les pénalités
3 juin, 2018, 13 h 20 min
Classé dans : Non classé

Couverture Abolir la prisonTony Ferri (20)

 

Chers amis, chers collègues,

C’est avec plaisir que je viens partager avec vous ici la vidéo récemment mise en ligne par l’UPPA, en partenariat avec la LDH et la Cité du livre d’Aix-en-Provence, et relative à la conférence citoyenne que j’ai eu l’honneur de tenir le 19 avril dernier à Aix-en-Provence. Le questionnement initial était le suivant : « A quoi le rôle de la peine est-il conforme ? / Punir et encore punir, misère de l’homme ? ».

Si vous avez le désir, la patience, un intérêt quelconque de visionner la vidéo jusqu’au bout (durée 55 minutes environ), n’hésitez pas à me dire ce que vous en pensez éventuellement, l’idée étant de trouver des clés, des orientations, des alternatives pour sortir hors du système punitif classique, de proposer et d’inventer tout autre chose en matière d’accompagnement, et d’œuvrer, par conséquent, en faveur de l’innovation pénale, en termes d’efficacité, de justice et d’humanité.

Voici le lien vers la vidéo de la conférence citoyenne :

https://www.youtube.com/watch?v=n7IkOZKCic0

 Avec mes meilleurs sentiments.

Bien cordialement.

Tony Ferri, à la Cité du livre d'Aix-en-Provence, le 19.04.2018

 



Recension du livre « Abolir la prison »
29 mai, 2018, 1 h 03 min
Classé dans : Non classé

Couverture Abolir la prisonTony Ferri (15)

Chers amis, chers collègues,

J’ai plaisir à vous informer de la parution très prochaine d’une recension du livre Abolir la prison. L’indispensable réforme pénale, Libre et Solidaire, 2018, établie par le sociologue québécois Jean-Claude Bernheim de l’Université de Saint-Boniface :

- dans la Revue de science criminelle et de droit pénal comparé, numéro 2, Paris, Dalloz, avril-juin 2018 ;

- et en version bilingue (anglaise et française), à la fois dans le Canadian Journal of Criminology and Criminal Justice, volume 60, number 4, University of Toronto Press, October 2018 et la Revue canadienne de criminologie et de justice pénale, volume 60, numéro 4, Les Presses de l’Université de Toronto, octobre 2018.

Voici les premières lignes de la recension : Tony Ferri, Abolir la prison. L’indispensable réforme pénale, Paris, Éditions Libre & Solidaire, 2018, 160 pages.

 « Le nouveau livre de Tony Ferri s’inscrit, idéologiquement et politiquement, tout naturellement dans le prolongement de ses écrits antérieurs. Analytique et pragmatique, ce texte est, pour un abolitionniste comme moi, plutôt déconcertant. Nous allons nous en expliquer.

Comme mentionné, le livre se divise en deux grandes parties, soit une analyse abolitionniste soutenue par un argumentaire sérieux et convaincant, et une proposition réformiste, pragmatique, classique, voire étonnante par rapport à l’analyse abolitionniste. Le tout n’est pas sans rappeler De l’abolition de l’emprisonnement d’Édouard Desprez (1868) [...] ».

Bien cordialement,

Tony Ferri.



Effet magique avec les As
23 mai, 2018, 12 h 16 min
Classé dans : Non classé

Tony Ferri Twisting the Aces d'Allan Ackerman, en 2018

Chers amis, chers collègues,

Dans l’exacte mesure où, grâce aux professionnels et à mes amis de la Revue de la prestidigitation, mon goût pour l’art magique, et en particulier pour la cartomagie, a été réveillé, il s’ensuit que j’ai plaisir à partager avec vous ici une courte séquence vidéo (durée : 1 min. 15 sec.), tout récemment réalisée (mai 2018), dans laquelle j’exécute un effet « twisting » avec les As, s’inspirant d’un tour du magicien américain Allan Ackerman :

https://www.youtube.com/watch?v=Ks_5yvFIt4k

Bien magiquement et amicalement.



Extrait du livre « Abolir la prison »
21 mai, 2018, 14 h 34 min
Classé dans : Non classé

Tony Ferri (18)Abolir la prison de Tony Ferri (4e de couverture)Couverture Abolir la prison

Sur la nécessité de repenser aussi bien les fondements que les modalités d’application du droit, en matière pénale, et sur la formulation de propositions neuves et substitutives à la prison, voir Tony Ferri, Abolir la prison. L’indispensable réforme pénale, Paris, Libre et Solidaire, 2018.

Extrait, p. 32-33 :

« C’est pourquoi, pour sortir de ce cercle vicieux de la sclérose institutionnelle et de la morosité punitive, il est urgent de donner une autre orientation, et par conséquent un nouveau souffle, à l’institution judiciaire, non pas seulement en la repensant, mais en tentant de la refonder intrinsèquement, ce qui implique aussi, pour reprendre les termes du juriste et avocat Antoine Gitton, l’impératif de refonte de l’espace public. Ce sont donc les rapports entre le législateur, les pouvoirs publics, l’institution judiciaire et la société civile qu’il importe de reconsidérer et de réorganiser à de nouveaux frais au plan collaboratif, en vue de proposer l’instauration d’une prise en charge inédite de ceux que la collectivité condamne en vertu de ses lois. Le réel carcéral, accompagné de ses problèmes à répétition de surpopulation, de suicide, de promiscuité, de désocialisation, de violence, de dégradation de l’état physique et psychique des condamnés, n’a guère changé depuis l’apparition de la prison pénale à l’aube du XIXe siècle, si ce n’est qu’il s’est considérablement raffermi, sous l’effet de l’accroissement des technologies ‘usinaires’, tout particulièrement par le passage du point de bascule vers un système d’engorgement, d’asphyxie et de non-sens qui témoigne désormais de la vraisemblance de son effondrement imminent et de la nécessité de repenser la dimension pénale du droit.

Ainsi que le note significativement Jean-Marie Delarue : ‘L’exercice qui consiste à esquisser le cadre d’un futur possible ne veut jamais dire autre chose, sauf à dresser le tableau d’une utopie, qu’inventorier au présent les facteurs qui prédéterminent cet avenir’».

Éditions Libre et Solidaire :

https://libre-solidaire.fr/epages/e02491b5-ce3a-4c00-b187-dc9ff39194fc.sf/fr_FR/?ObjectPath=/Shops/e02491b5-ce3a-4c00-b187-dc9ff39194fc/Categories/Nos_auteurs/Tony_FERRI


1...34567...19

MELODINE |
François, pour toi, c'... |
Celal Karaman Güncel Blog,c... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Euristote
| Blackdiamond1999
| EmGlob